العالم

الجيش الصحراوي يواصل قصف قواعد الاحتلال المغربي

تواصل مفارز للجيش التحرير الشعبي الصحراوي، قصف قواعد جيش الاحتلال المغربي المتمركزة على طول الجدار العازل، حسب ما أفاد به بلاغ لوزارة الدفاع الصحراوية.

وذكر المصدر ذاته أن القصف المتواصل، استهدف اليوم الأربعاء، تخندقات قوات العدو في منطقة أعظيم أم أجلود بقطاع آوسرد، نقاط تواجد العدو بمنطقة خنݣة الشيظمية بقطاع المحبس، جنود العدو المتخندقين بمنطقة روس الشيظمية بقطاع المحبس وقوات الاحتلال في منطقة أݣرارة الفرسيݣْ بقطاع المحبس.

واستهدف القصف كذلك جنود الاحتلال في منطقة أحريشة ديرت بقطاع حوزة، جنود العدو المتخندقين في منطقة روس فدرة التمات بقطاع حوزة، قوات العدو بمنطقة أفريرينةْ بنكارات بقطاع السمارة ومواقع جنود الإحتلال بمنطقة أَوْدَيْ أَصْفَ بقطاع السمارة.

وأشار البلاغ إلى أن القصف الدائم منذ عودة اندلاع الحرب كبد الجيش الملكي المغربي خسائر معتبرة في الأرواح والمعدات على طول جدار الذل والعار.

متعلقات

تعليق واحد

  1. L’occasion de cette conférence est le recours des médias militaires algériens à des journalistes «impuissants» et des réalisateurs plus stupides pour commercialiser des films inspirés par l’imagination de leurs créateurs, dont le but est de tromper le peuple algérien frère que le Maroc est en train de bouillir, que la guerre fait rage dans le désert, que la victoire approche, et d’autres grands titres qui Plus ironique qu’autre chose. Et la chaîne officielle algérienne a eu recours à la diffusion de Robortaj, intitulée «48 heures au cœur de la bataille cachée dans la prison», alors que le journaliste du reportage tentait de diff user de faux faits et d’afficher des scènes présumées, affirmant que la bataille faisait rage dans la région. Et il semble que la vraie bataille qui fait actuellement rage est celle qui se déroule au palais El Mouradia entre des généraux militaires qui ne sont plus aveugles depuis que le Maroc a libéré de manière pacifique le passage de Guerguerat de la main du gang routier que l’Algérie finance avec des milliards de dinars sur l’argent des opprimés. Lors du reportage «Laughuka», la télévision algérienne a diffusé des images et des clips de chars et de véhicules militaires se déplaçant dans une zone semi-désertique, affirmant que «l’armée du Polisario» avait démoli les forteresses du Maroc et détruit un certain nombre de ses installations. Des expressions peuvent être ajoutées aux reportages ridicules qui sont publiés quotidiennement par la bande de bandits, et les chaînes algériennes tiennent à les diff user avec des phrases telles que «les bombardements continuent», «l’ennemi a subi des pertes en vies humaines et en matériel», «des soldats détruits et capturés», etc. . Ce qui se passe dans les couloirs de la télévision algérienne, ce sont les effets de la colère des Algériens eux-mêmes, car, à travers les commentaires attachés aux vidéos de la chaîne sur YouTube et sur sa page Facebook, il est évident que le peuple frère algérien n’a pas été attaqué par la r use de l’armée de son pays qui veut drainer la tension interne à l’étranger en fabriquant des mensonges. Et répandre de fausses rumeurs et des nouvelles. Aux journalistes et aux réalisateurs des chaînes publiques algériennes «ironiques», nous disons, si vous n’avez pas honte, alors dites, images et publiez ce que vous voulez. La chose perdue n’est pas donnée quoi qu’il en coûte, dépense et volée. L’argent public dirigé vers ces chaînes qui ne sont pas bonnes et qui ne savent rien semble être gratuit. Elle s’adresse au peuple algérien pauvre qui vit au pied des montagnes, au cœur du désert et dans les quartiers marginalisés. Y a-t-il un minimum de courage et d’audace chez un journaliste des médias honteux algériens pour dire aux généraux de son pays: “Oh mon Dieu, c’est faux?” Pour que les journalistes des chaînes officielles algériennes puissent bénéficier et puiser dans les expériences de leurs maîtres qui leur sont supérieurs en tout, il est possible d’ajouter le clip vidéo en dessous, qui est lié au reportage de presse de Mohamed Reda Labidi sur Channel One. Il y a une différence entre le journaliste de la chaîne algérienne, pour qui beaucoup d’argent a été dépensé, pour que la fin soit un produit pauvre et faible, et entre le reportage de notre collègue Mohamed Reda Al-Obeidi, à travers lequel il a donné une merveille use leçon de communication et de journalisme à travers la rhétorique et l’éloquence de la langue et le professionnalisme de la gestion de l’information

اترك تعليقاً

هذا الموقع يستخدم Akismet للحدّ من التعليقات المزعجة والغير مرغوبة. تعرّف على كيفية معالجة بيانات تعليقك.

إغلاق
%d مدونون معجبون بهذه: